30 septembre 1917

C’est la date à laquelle Ivan Bounine écrit le poème Mon cœur pris par la tombe.  Je pense que c’est un poème qui parle à tous ceux dont l’avenir s’est assombri d’un coup, aux gens qui ont appris l’incertitude des lendemains et la peur de mourir. A chaque fois que je le lis, j’en ai des frissons. De ce frisson qui courre l’échine, provoqué par les premiers … Continuer de lire 30 septembre 1917

« Veux-tu vivre heureux ? Apprends d’abord à souffrir » Ivan Tourgueniev

J’ai tenté de résister au cliché, mais il a été plus fort que moi.  J’ai donc choisi cet extrait. La faute à Dostoïevski : Je crois que le principal, le plus profond besoin intime du peuple russe, c’est un besoin de souffrance, perpétuel et jamais assouvi, partout et en tout. Fiodor Dostoïevski. Journal d’un écrivain. Avec Gogol (Les âmes mortes) et Tolstoi, ils ont donné vie … Continuer de lire « Veux-tu vivre heureux ? Apprends d’abord à souffrir » Ivan Tourgueniev

Six fois Anna Akhmatova

Umberto Eco dit que traduire, c’est ‘dire presque la même chose‘. Il parle de l’opération de transformation et donc d’altération d’un texte d’une langue source vers une langue cible. Mais c’est valable aussi lorsque les traductions différent entres elles, comme c’est le cas pour les six versions françaises du Requiem. Presque est un mot qui invite les nuances. Voici donc cinq «presque la même» traductions … Continuer de lire Six fois Anna Akhmatova