Les poètes voyagent, Priscilla aussi.

Priscilla, c’est ma soeur. Jumelle. Colocataire. Collègue. Depuis quelques semaines, nous ne sommes plus « que » jumelles, puisque j’ai changé de travail, d’appartement, et de pays.

Pour garder sa voix le temps de se retrouver, j’ai évidemment voulu l’enregistrer lisant des poèmes.

Ceux qu’elle lit évoquent des endroits où elle a voyagé, parfois plus d’une fois. Il y en a 7 :

couv_anthologie_orphee_centpoemespourailleursRoger Bodart, Québéc

Anna de Noailles, Soir d’Espagne

Jean Orizet, Les orangers de Jaffa

Marc Pietry, Bruges la morte

Jules Romains, New-York

James Sacré, Fin d’après-midi à Marrakech

Emile Verhaeren, Londres

Ils font tous font partie du recueil Cent poèmes pour ailleurs,  une édition publiée en 1991 pour célébrer le 100ème volume paru dans la collection Orphée, et offerte en librairie à cette occasion. Je l’ai trouvée par hasard chez un bouquiniste, 9 ans plus tard. J’avais 19 ans, je découvrais Stéphane Mallarmé (Brise marine) et Andrée Chedid (La vie voyage).

#1 Roger Bodart, Québec (0’25)

A votre avis, il a mis combien sur Trip Advisor ?

Québec n’est pas inscrit sur la Carte du Tendre / Dans la belle Province il gèle à pierre fendre / Les troncs ont explosé dans les griffes du froid / Il ne fait jamais chaud où l’Anglais fait la loi

montreal place d'armes
La place d’armes à Montréal, Québec, Canada 2012 Photo Priscilla Winling

#2 Anna de Noailles, Soir d’Espagne (1’11)

Le « de » dans Anna de Noailles n’est pas là pour faire joli. Elle est doublement aristocrate, de naissance puis par mariage : c’est une Bibesco Bassaraba de Brancovan de Roumanie qui a épousé le comte de Noailles. Forcément, la grande vie,  ça laisse des traces. On ne peut donc pas trop en vouloir à Anna de Noailles quand elle tombe dans le cliché du pauvre qui a tout compris à la vie et aux vraies valeurs. Jugez-en vous même :

O misère animale, active, triomphante, / O saveur de la pauvreté, / Sous le ciel des guerriers, des trônes, des infantes, / Dans le brasier bleu de l’été ! / Qu’importe à ces humains dont le coeur est farouche / La chétive privation ? / Ils ont leurs corps dansants, leurs bras ambrés, leur bouche / Ils ont la sainte passion !

marché madrid noir et blanc
Marché couvert de Madrid, été 2013. Photo Priscilla Winling
fruit marché madrid
Marché couvert, Madrid, été 2013. Photo Priscilla Winling.

#3 Jean Orizet, Les orangers de Jaffa (2’50)

oranges de jaffa pub retro

Pourquoi intituler un poème ‘Les orangers de Jaffa’ quand on parle de Jérusalem ? Est-ce la fameuse licence poétique qui a dispensé Jean Orizet d’exactitude géographique ? Le titre et le poème laissent penser que tout est au même endroit, or Jérusalem est perchée sur des collines à l’est du pays, tandis que Jaffa, un port vieux de plus de 4000 ans, est à l’ouest, juste à coté de Tel-Aviv.

Dieu semble rester Dieu pour quelque temps encore

Et parlons-en, des oranges. Ça fait bien longtemps qu’il n’y plus de culture d’orangers à Jaffa. Les fameuses oranges sont cultivées dans de grandes exploitations agricoles ailleurs dans le pays, quand ce n’est pas l’appellation qui est vendue pour des oranges d’autres pays.

Cela fait longtemps qu'il n'y plus d'orangers à Jaffa, hormis celui-ci, déraciné, symbole du passé par l'artiste Ran Morin
Un des rares orangers de Jaffa. Tel Aviv-Yafo, mars 2015. Cela fait longtemps qu’il n’y plus de culture d’orangers à Jaffa. Celui-ci, déraciné, mais qui continue de pousser, est un symbole de l’histoire d’Israël, par l’artiste Ran Morin. Photo Daisy W.

#4 Marc Pietry, Bruges la morte (3’20)

Le titre du poème fait référence à un roman éponyme, oeuvre majeure du symbolisme fin de siècle (19e) du belge Georges Rodenbach.

#5 Jules Romains, New-York (4’00)

« Là-bas, la fin de grandir est enfin rassasiée »

nyc fifth avenue
New-York, été 2012. Photo Priscilla Winling

#6 James Sacré, Une fin d’après-midi à Marrakech (4’58)

Tu m’avais raconté ton enfance, des jardins : les oranges silencieuses.

jardin-majorelle-marakech-ete-2012-pw
Jardin de Majorelle, Marrakech. été 2012 photo Priscilla Winling

#7 Emile Verhaeren, Londres (5’46)

O mon âme du soir, ce Londres noir qui traîne en toi…

Dans la littérature, il y a le Londres des héroïnes austeniennes, et le Londres des personnages de Dickens. C’est clairement le second qu’a visité Verhaeren.

246DDBBF00000578-2897562-Scraping_a_living_Thomas_Benjamin_Kennington_s_painting_The_Pinc-a-3_1420543583121