Le jour où Rabindranath Tagore a découvert que son domestique était un être humain

Cette épiphanie lui est venue le jour où sa routine a été perturbée par le retard de son employé. Très irrité, Tagore fait de vertes remontrances à son domestique quand celui-ci finit par arriver. Ce dernier l’avertit du décès soudain de sa fille,  puis commence ses tâches habituelles en silence, ce qui coupe net Tagore dans sa colère. ll lui inspirera un beau poème lu … Continuer de lire Le jour où Rabindranath Tagore a découvert que son domestique était un être humain

Les pas de l’eau / Sohrab Sepehri

Peintre, poète, voyageur, Sohrab Sepehri est moderne. Moderne dans la forme poétique, et moderne pour la pensée occidentale et orientale qu’il y introduit. Mais il n’est pas le seul à rompre avec la tradition. Mokhtar, introduit dans l’article sur Omar Khayyam, se trouve être un spécialiste de Nima Youshij. Il m’a expliqué leur énorme influence sur la poésie iranienne contemporaine. Avec Ahmad Shamlou et Forough … Continuer de lire Les pas de l’eau / Sohrab Sepehri

Izumi Skikibu, Splendeurs et misères d’une dame de cour

Aurait elle été moins scandaleuse si elle avait été une courtisane plutôt qu’une femme divorcée ? Les intrigues amoureuses sont le quotidien de la vie de cour, alors pourquoi ce déchaînement contre elle ?  Voila les questions que je me pose à la lecture de ce recueil. Deux sujets sont récurrents : se languir de l’être aimé et le harcèlement permanent qu’elle subit à la … Continuer de lire Izumi Skikibu, Splendeurs et misères d’une dame de cour

Cent un quatrains / Omar Khayyam

« La pensée est toujours la même, c’est l’image qui change. » Voila ce que m’explique Mokhtar, docteur en littérature générale et comparée depuis peu, et qui récemment encore, était mon collègue (il a décroché un poste dans une université, youpi). Mokthar est donc mon lecteur du jour et le passeur de ces poèmes, puisqu’il m’explique deux trois choses fort intéressantes : pourquoi, à certains endroits, le traducteur a changé des noms … Continuer de lire Cent un quatrains / Omar Khayyam