Philip Larkin, l’ami malgré lui

De Philip Larkin, on n’apprendra pas l’art de se faire des amis. Peu porté à socialiser, il n’était pas vraiment pressé d’accepter les invitations à dîner. Ought we to smile? Perhaps make friends ? No : in the race for seats You’re best alone. Friendship is not worth your while extrait du poème Autobiography at an air-station Réservé, solitaire et insatisfait Ce n’est pas qu’il … Continuer de lire Philip Larkin, l’ami malgré lui

Le jour où Rabindranath Tagore a découvert que son domestique était un être humain

Cette épiphanie a surgi un jour que la routine du poète s’est trouvée perturbée par le retard de son employé. Très irrité, il fait de vertes remontrances à son domestique quand celui-ci finit par arriver. Ce dernier l’avertit du décès soudain de sa fille, puis commence ses tâches habituelles en silence, ce qui coupe net Tagore dans sa colère. ll lui inspirera un beau poème lu en bengali par Florence pour Projet Orphée.

Continuer de lire « Le jour où Rabindranath Tagore a découvert que son domestique était un être humain »

Écrire et tenir salon : Anna de Noailles

Fany-un-seul-n (nièce de Gyordy, sœur de Vincent) est fascinée par les personnages charismatiques des communautés d’artistes des années soixante. Edie Sedgwick, Nico, Marianne Faithful : muses et égéries ont nourri l’art d’autrui, parfois au détriment de leur propres aspirations artistiques. Qui savait qu’Edie Sedgwick était diplômée en art ? Pas moi. On se rappelle d’elles par association, alors que certaines sont devenues artistes à leur … Continuer de lire Écrire et tenir salon : Anna de Noailles

6 fois Anna Akhmatova

Umberto Eco a dit que traduire, c’est ‘dire presque la même chose‘.

Continuer de lire « 6 fois Anna Akhmatova »